Pour tous les amoureux du vélos c’est la déprime depuis lundi avec la fin du Tour de France. Pour pallier à cela, nous vous proposons une rencontre avec Charlotte Bravard, notre nouvelle Championne de France, que le Dérailleur a rencontré à Loudun  lors de la dernière manche de Coupe de France.

Cela va faire un mois que tu as remporté les Championnats de France, est-ce que tu réalises enfin ce qui s’est passé en juin dernier : le maillot, la victoire, la Marseillaise ?

Oui, c’était difficile de se rendre compte sur le coup comme je l’ai déjà dit. C’était mon premier podium sur un championnat national et là, d’avoir remporté le maillot c’était exceptionnel pour moi. Maintenant je me rends compte avec le temps, c’est formidable.

Tu dois être fière d’avoir remporté ce maillot pour toi mais aussi pour l’équipe…

Oui, c’était tout d’abord pour l’équipe. Cela fait quelques années qu’on tournait autour et c’était assez frustrant de ne pas l’avoir dans l’équipe. L’obtenir c’était exceptionnel, et en plus c’est moi qui vais le porter donc ça me rend encore plus heureuse.

Quelques minutes avant le départ (© Amélie Barbotin)

Cette victoire va te donner plus confiance en toi et tes capacités ?

Oui, j’espère que cela va me donner plus confiance, à avoir un déclic. Après comme je disais, je suis quelqu’un qui attaque. Cela ne va pas changer du tout ma façon de courir.

Tu as déjà eu l’occasion de porter ta nouvelle tunique, notamment sur le Tour d’Italie. Est-ce que tu as remarqué des changements aux niveaux de tes concurrentes ? Est-ce qu’on te regarde un peu plus ?

J’ai reçu des félicitations, notamment de Van Vleuten qui vient de gagner la Course by le Tour. On va dire que c’est une reconnaissance aussi.

Au niveau des spectateurs, c’est la ruée auprès des autographes (© Amélie Barbotin)

Au niveau de l’équipe, est ce que ton statut a évolué : es-tu plus protégée ou bien restes-tu toujours dans ton rôle de coéquipière ?

Non, pour le moment je suis toujours dans mon rôle de coéquipière. C’est aussi ma façon de courir, je donne beaucoup sur le vélo. J’aime se statut pour l’instant ! Après, on me laisse ma carte quand je suis à l’avant parce qu’on sait que je me loupe rarement.

Jeudi dernier tu étais à la Course by le Tour dans sa nouvelle version. Comment c’est passé la course et qu’as-tu pensé de cette nouvelle version ?

La nouvelle version : c’était bien d’avoir changé. Avant on était sur les Champs Elysées, là on a pu voir que ce n’était plus pour les sprinteuses mais pour les grimpeuses. Cette version un peu poursuite c’est une nouveauté donc c’était intéressant à voir. Après on espère vraiment avoir d’autres étapes, notamment celle des Champs Elysées, celle de l’Izoard, plus pourquoi pas une autre étape pour  les baroudeuses. Il y a de l’évolution et il faut vraiment que cela aille dans le bon sens.

L’un des plus beaux maillots que l’on peut porter lors d’une carrière (© Amélie Barbotin) 

Tu espères comme tous les filles qu’un jour il y ait un Tour de France féminin…

Oui, pourquoi pas un Tour Féminin. Ce serait vraiment un aboutissement pour toutes les filles, comme ça il y en aurait pour tout le monde : les sprinteuses, les grimpeuses…

Aujourd’hui (lire dimanche dernier) nous sommes à Loudun, 7e manche de la Coupe de France. L’objectif pour l’équipe c’est que tu gagnes comme en 2015 ?  

L’objectif c’est que l’une de nous gagne, après peu importe que ce soit moi ou une autre, on sera content.

Objectif atteint : quadruplé de l’équipe sur cette manche de la Coupe de France  (© Amélie Barbotin)

Quel est ton programme et tes objectifs pour la suite de la saison ?

Là après je vais sur les Championnats d’Europe avec l’équipe de France début août. Ça va être une course qui va être assez plate donc se sera surement pour Roxane Fournier. Ensuite j’enchainerai avec le Tour de Norvège.

Enfin pour terminer : quel est le pire moment où tu as déraillé ?

Je n’ai jamais déraillé, j’ai toujours eu de la chance !

Propos recueillis dimanche 23 juillet à Loudun. Nous remercions Charlotte pour sa disponibilité.