Ce matin, vous ne vous sentirez pas seul devant votre café, lancez la vidéo promotionnelle de Richmond pour les Mondiaux afin de vous en assurer ! D’ailleurs, on vous met au défi de nous envoyer des photos où vous faites la même chose ! Déraillés ? Juste un peu. Bon si vous avez un peu de temps devant vous et surtout de bonnes viennoiseries, nous vous emmenons aussi sur la Vuelta où Sbaragli a bien mérité sa journée de repos et nous revenons sur Rigoberto Uran qui rejoint Pierre Rolland chez la Cannondale-Garmin.

Vuelta #10 Sbaragli se paie Degenkolb

Olivier

De Valence à Castellon, l’étape d’hier nous a offert un menu déjà servi lors de précédentes étapes de cette Vuelta. Des tentatives d’échappées, une côte pour pimenter le parcours en fin de course et un sprint en petit comité, sans oublier quelques chutes.

Pour les échappées, on eu droit à un groupe comportant jusque trente-sept coureurs, dont quatre français, Mickaël Chérel (Ag2r-la Mondiale), Romain Hardy (Cofidis), Amaël Moinard (BMC) et Kenny Elissonde (FDJ). Une échappée bien trop conséquente au gout du peloton, surtout à cause de la présence de Sergio Henao (Sky), membre du Top 15 au général. La fugue la plus sérieuse se dessina dans la dernière côte du jour, avec De Marchi (BMC), Sicard (Europocar) et…Elissonde à nouveau. Trois fuyards, qui après une belle partie de manivelle, virent le peloton (du moins ce qu’il en restait) revenir sur eux pour se jouer la victoire, vous savez avec le fameux sprint en petit comité. Sprint dans lequel un absent se fait sentir, Caleb Ewan (Orica), le jeune australien ayant abandonné en début d’étape.

Mais avant de parler sprint, évoquons un ingrédient bien trop présent sur les étapes de cette Vuelta, les chutes. Hier, elles sont ciblés le Team Sky et Nicolas Roche et Sergio Henao ont servi de paratonnerre à Chris Froome en quelques sortes. Les deux meilleurs lieutenant du kenyan blanc sur cette Vuelta ont tâté du bitume, après avoir eu des déboires mécaniques avec leurs montures respectives. Le repos d’aujourd’hui leur fera du bien.

Revenons donc au sprint, en petit comité comme toujours sur cette Vuelta et couronnant un second couteau de la caste des purs-sangs, comme souvent aussi. Vous l’avez compris, Degenkolb (Giant-Alpecin) a raté le coche (malgré un travail énorme du maillot rouge en personne, Tom Dumoulin). Son bourreau? Kristian Sbaragli (MTN), le sprinteur italien s’offrant là son premier succès pro et offrant à son équipe une nouvelle victoire d’étape en GT après Cummings à Mende sur le dernier Tour. Décidément, la MTN est une convive qui sait se tenir quand on l’invite à manger à la table des grands.

Aujourd’hui repos pour les rescapés de la Vuelta, qu’ils en profitent bien car demain, la principauté d’Andorre se présentera telle l’enfer…


Rigoberto Uran signe chez Cannondale – Garmin

Alex

On se renouvelle fortement dans la formation américaine. Après la signature d’un leader potentiel en la personne de Pierre Rolland, c’est au tour de Rigoberto Uran de rejoindre la team, un nouveau gros poisson.

Après deux années chez Etixx – Quickstep, le colombien va donc mettre à profit ses qualités sous la direction de Jonathan Vaughters. Son bilan dans les grandes lignes chez Quickstep ? En 2014, une étape sur le Giro, la 3ème place du Tour d’Oman. Cette saison, il s’illustre en terminant 3ème du Tirreno-Adriatico, et 5ème sur le Tour de Romandie mais aussi sur la Vuelta a Catalunya. Sur le Giro, il s’empare de la 3ème place à Sestriere ainsi qu’à Cervinia. Tandis que sur le Tour, il prend la 3ème marche du podium à Pra-Loup, termine 4ème du côté de Mende. Bon grimpeur et surtout rouleur accompli, Vaughters sera t-il celui qui permettra à Uran d’atteindre les sommets ?


Richmond, nous voilà !

Alors que les Mondiaux se rapprochent à grand pas du côté de Richmond, voici une vidéo plutôt sympathique de la ville pour promouvoir à sa façon l’événement. Une autre façon d’aborder la grand-messe du cyclisme, plutôt sympa !