Après que l’on ait assisté à un week-end de grand départ exceptionnel au niveau intensité, le Tour de France 1989 quitta le Luxembourg pour aborder sa première semaine. Prenez la roue du Dérailleur et repartons sur le route de la 76ème édition, avec la suite de notre cahier d’histoire sur le Tour 89.

Un début de Tour marqué par les premières

Comme en 2015, le chemin du retour en France passa par la Wallonie. De Luxembourg à Spa, une longue étape de 241 km attendait les coureurs, avec 3 tours du célèbre circuit auto de Francorchamps. Et après le premier maillot jaune portugais, Acacio Da Silva, on eut droit là-bas à la première victoire d’étape d’un coureur mexicain, avec Raul Alcala à Francorchamps. Et puisque nous étions aux premières, ayons une pensée pour Thierry Claveyrolat. Le grenoblois profita des nombreuses côtes émaillant le parcours pour s’offrir son premier maillot à pois. Le temps d’assister à un premier coup de force de Jelle Nijdam à Wasquehal, après une étape parsemée de quelques pavés (les derniers sur le Tour de France jusqu’à l’édition 2004), le Tour observa sa première journée de repos après 5 jours de course seulement, histoire pour les coureurs de rejoindre la Bretagne par les airs.

LeMond is back

Pour la reprise, les organisateurs proposèrent un contre la montre de 73 km entre Dinard et Rennes. Les premiers partants eurent la chance de rouler par temps sec, une véritable aubaine pour Delgado, un des quatre fantastiques version 1989. L’espagnol, finalement 2ème de l’étape à 24 secondes du vainqueur limitait donc les dégâts et commençait à reprendre du temps sur ses rivaux. Il reléguait Laurent Fignon à 32 secondes et Stephen Roche, qui montrait ses limites, à 2 min 58 sec. Mais la performance de Delgado face au chrono, bien aidé par la pluie qui tombait ensuite au moment où les grands favoris s’élancèrent, n’était pas la seule surprise.

LeMond frappe un grand coup entre Rennes et Dinard avec un guidon révolutionnaire (Photo: Henri Besson - Miroir du Cyclisme - Collection Olivier Perrier)
LeMond frappe un grand coup entre Rennes et Dinard avec un guidon révolutionnaire (Photo: Henri Besson – Miroir du Cyclisme – Collection Olivier Perrier)

Celui qui devançait l’espagnol était un miraculé. 2 ans et 2 mois auparavant, Greg LeMond a failli perdre la vie lors d’un accident de chasse, depuis l’américain n’eut de cesse que de courir après son meilleur niveau. Ses seules performances remarquables étaient sa 2ème place du chrono final du Giro à Florence et sa 4ème place au prologue de Luxembourg. Juché sur son guidon de triathlète qu’il utilisait pour la 1re fois, LeMond renouait avec le succès lui qui n’avait rien gagné, ou presque, depuis le Tour de France 86. Pour 6 secondes, il endossa le maillot jaune au détriment de Laurent Fignon qui apparaissait toujours comme le grand favori du Tour grâce à sa belle 3ème place, à cinquante-huit secondes de l’américain. Sans le savoir LeMond et Fignon démarrèrent un incroyable chassé-croisé qui allait tenir en haleine le Tour de France jusqu’à son dénouement !

Pelier, l’exilé, obtient sa revanche

Trois étapes nous emmenèrent ensuite jusqu’au pied des Pyrénées, la première fut gagnée par Joël Pelier. Et pour s’imposer, le français ne fit pas les choses à moitié. Celui qui se révéla en 1985, pour s’être frotté à un Bernard Hinault voulant museler le peloton sur la route de Villards-de-Lans, s’offrit un raid solitaire de 170 kilomètres pour s’imposer au Futuroscope. L’ironie fut que le Blaireau fut celui qui, tout au long de cette fugue insensée, le renseigna et l’encouragea. Hinault était à l’époque l’assistant du directeur de course et il était chargé de couvrir l’avant de la course. Mais la belle histoire pour Pelier était de retrouver à l’arrivée, ses parents partis très tôt de leur terre jurassienne au petit matin.

L'émotion de Joël Pelier (Photo: Presse Sports)
L’émotion de Joël Pelier (Photo: Presse Sports)

Et cette présence sur le Tour était rare, le petit de frère de Joël Pelier, Christian, est handicapé et sa présence à la maison nécessite que sa mère soit à ses côtés. Mais en cet été 89, Christian était dans un centre de vacances, occasion donc pour ses parents de venir encourager Joël sur le Tour. Boudé l’hiver précédent par les équipes françaises, Pelier pensa à son frère et à ses parents tout au long de cette sixième étape. Cette victoire lui permit de remercier les espagnols de la BH de lui avoir accordé une chance. Une belle histoire comme le Tour aime les écrire.

Les deux étapes suivantes furent enlevées par Etienne De Wilde et Martin Earley à Bordeaux et Pau. Le Tour arrivait au 1er massif montagneux de sa 76ème édition et on allait se régaler au cours des 2 courtes étapes proposées. Un massif dans lequel Claveyrolat allait devoir renoncer au maillot à pois, le coureur de RMO fut une des victimes d’une terrible chute collective sur la route du Futuroscope et se fractura la main droite. La mort dans l’âme il dut abandonner, il attendra l’édition suivante pour prendre sa revanche.

Le tableau d’honneur

Vainqueur d’étape

Maillot jaune

Maillot vert

Maillot à pois

Casquettes jaunes

Prologue Luxembourg

7,8 km

Erik Breukink

 (PB-Panasonic)

Erik Breukink

(PB-Panasonic)

Erik Breukink

(PB-Panasonic)

Peter Stevenaagen

 (PB-Helvetia)

Super U (Fra)

1re étape Luxembourg-Luxemboug

138,5 km

Acacio Da Silva (Por -Carrera)

Acacio Da Silva (Por -Carrera)

Acacio Da Silva (Por – Carrera)

Acacio Da Silva (Por – Carrera)

Carrera (Ita)

2ème étape Luxembourg-Luxembourg

 46 km

(clm par équipes)

Super U (Fra)

Acacio Da Silva (Por – Carrera)

Acacio Da Silva (Por – Carrera)

Acacio Da Silva (Por – Carrera)

Super U (Fra)

3ème étape Luxembourg-Spa Francorchamps 241 km

Raul Alcala (Mex-PDM)

Acacio Da Silva (Por – Carrera)

Acacio Da Silva (Por – Carrera)

Thierry Claveyrolat (Fra-RMO)

Super U (Fra)

4ème étape

 Liège-Wasquehal 255 km

Jelle Nijdam (PB- Super Confex)

Acacio Da Silva (Por – Carrera)

Soren Lilholt (Dan-Histor)

Thierry Claveyrolat (Fra-RMO)

Super U (Fra)

5ème étape

 Dinard – Rennes

 73 km (clm ind)

Greg LeMond (EU-ADR)

Greg LeMond (EU-ADR)

Soren Lilholt (Dan-Histor)

Thierry Claveyrolat (Fra-RMO)

Super U (Fra)

6ème étape

Rennes-Futuroscope

259 km

Joël Pelier (Fra-BH)

Greg LeMond (EU-ADR)

Soren Lilholt (Dan-Histor)

Thierry Claveyrolat (Fra-RMO)

Super U (Fra)

7ème étape

 Poitiers-Bordeaux

 258,5 km

Etienne De Wilde (Bel-Histor)

Greg LeMond (EU-ADR)

Sean Kelly (Irl-PDM)

Thierry Claveyrolat (Fra-RMO)

Super U (Fra)

8ème étape

La Bastide d’Armagnac – Pau

147 km

Martin Earley

(Irl-PDM)

Greg LeMond (EU-ADR)

Sean Kelly (Irl-PDM)

Thierry Claveyrolat (Fra-RMO)

Super U (Fra)