Il ne fait pas bon d’être, en ce moment, dans la peau de Dave Brailsford. En effet, après les déclarations de Nicole Cooke au sujet du manager de la Sky en janvier dernier, c’est au tour d’Emma Pooley de prendre l’homme aux quatre Tours de France pour cible. « C’est un poisson pourrit jusqu’à la tête, » a déclaré l’ancienne championne du monde du contre la montre, au sujet du natif de Shardlow, a qui elle reproche de superviser une culture de la peur au sein de la British Cycling.

Pour mieux comprendre cette affaire, il faut revenir au non-renouvellement de contrat de la cycliste britannique Jessica Varnish, qui avait dénoncé les propos sexistes de Shane Sutton, alors directeur de la performance de sa fédération, soit le poste qu’a occupé Dave Brailsford pendant 10 ans, à son encontre. Suite à cela, la jeune femme de 26 ans avait demandé la démission de l’ensemble du conseil de la British Cycling, y compris son nouveau président : Jonathan Browning, qui a succédé à Bob Howden mais qui faisait tout de même partie du conseil d’administration au moment des faits.

« Le rapport est assez choquant. Mais lorsque les gens critiquent, ils ont besoin de réfléchir à qui fournit le leadership et ne pas généraliser. Plutôt que de blâmer tout le monde, les gens ont besoin de savoir qui instaurait cette culture. Cela ne signifie pas que tout le monde dans British Cycling est comme ça. » A ajouté Emma Pooley.

Pour rappel, Dave Brailsford a récemment déclaré qu’il n’avait pas l’intention de quitter son poste au sein du Team Sky.