Comme à chaque grand rendez-vous cette saison, nous vous proposons une liste d’outsiders à suivre pour l’Amstel Gold Race de ce dimanche. Déplacée en 2003 entre la campagne flandrienne et le week-end ardennais (dont elle se rapproche le plus), la classique limbourgeoise offre souvent des surprises. En effet les coureurs ne sont pas les mêmes au départ que ceux qui en ont décousu depuis le début de la campagne des classiques, hormis quelques-uns comme Van Avermaet, Van Baarle, Boom ou Benoot mais qui couperont certainement après celle-ci. Non ceux qui prennent le relais sont les spécialistes des ardennaises comme Valverde, Kwiatkowski, Gerrans, Matthews, Henao, Gilbert (qui revient après son exploit sur le Ronde), Wellens, Costa ou encore Gasparotto. Au milieu de ce melting-pot, difficile de prédire une victoire ou un top 3, les surprises étant courantes sur cette classique. Néanmoins votre serviteur n’hésite pas à se mouiller et à vous livrer son pronostic:

Lilian CALMEJANE

Tous derrière et Lilian devant (Photo: Emilie Drouet)

Le jeune français n’en finit plus d’exploser au plus haut-niveau et de se révéler au sein de l’équipe Direct Energie. Déjà vainqueur 6 fois cette saison, dont 3 classements généraux (Etoile de Bessèges , Semaine Coppi et Bartali, Circuit de la Sarthe), le jeune coureur possède toutes les qualités pour briller au plus haut niveau. Il va vite en petit comité, il passe très bien les bosses, c’est un solide rouleur et surtout, a déjà à seulement 24 ans, il a un sens très aiguisé de la course, lui permettant d’être très souvent dans le bon coup. Sur l’Amstel Gold Race, il ne serait guère étonnant de le voir devancer la grande bagarre en sortant en costaud dans un groupe de favoris à 30 ou 40 km de l’arrivée, avant de filer ensuite dans les derniers bergs du parcours en compagnie de trois ou quatre coureurs, comme cela pouvait être légion jusqu’en 2002 et de les aligner au sprint. Depuis sa victoire d’étape l’an dernier sur la Vuelta, rien ne semble pouvoir arrêter l’éclosion du jeune français qui aura à cœur de faire briller la jeune garde française en l’absence de Julian Alaphilippe. Et qui sait ? Pourquoi ne pas emmener dans sa roue la jeune génération française.


Patrick KONRAD

Révélé sur le Tour de l’Avenir 2013, Patrick Konrad, semble prêt a subir la pression de l’Amstel (Photo: Laurent Brun)

L’autrichien de 26 ans est un quasi inconnu du grand public et pourtant en cette année 2017, sa progression est flagrante : 15e, 24e et 3e sur ses trois premiers jours de courses de l’année, il termine ensuite 10e du Tour d’Abu Dabi, 26e de Paris-Nice et surtout il sort d’une  belle semaine au Tour du Pays Basque ponctuée de 6 top 15 en 6 étapes! Lui permettant de signer au passage, une jolie 7e place au général, soit une régularité qui donne confiance. En l’absence de Peter Sagan au sein de la formation Bora, de nombreux coureurs auront carte blanche et le jeune autrichien pourrait bien en tirer profit. De la même manière que de nombreux coureurs, il pourrait très vite se retrouver à l’avant en devançant la grande bagarre en partant à 50km de l’arrivée, ou terminer placé en suivant les plus costauds à la pédale comme sur le récent Tour du Pays Basque et comme il faut une surprise chaque année l’autrichien pourrait être la bonne de cette année…A suivre si vous voyez un maillot Bora bien placé dans le Bemelerberg, dernière ascension du nouveau parcours.


Matej MOHORIC

Prochain selfie sur le podium de l’Amstel? (Photo: Twitter @matmohoric)

Il était écrit que le jeune croate deviendrait la nouvelle star du cyclisme des années 2010. Champion du monde junior en 2012 au sommet du Cauberg, il récidivait dès sa première année espoir en étant champion du monde espoir en 2013 à seulement 19 ans! Passé professionnel très tôt chez Cannondale à seulement 19 ans, le croate roule depuis dans l’anonymat, remportant sa première victoire professionnel sur le Tour d’Hainan en fin d’année 2016. Il possède néanmoins une solide expérience sur les classiques puisqu’à seulement 22 ans, il a déjà pris part à deux Liège-Bastogne-Liège et un Paris-Roubaix. S’il doit se révéler aux yeux du grand public, quoi de plus logique que de le faire sur la terre de ses exploits de 2012 ? Le croate semblait dans les catégories jeunes être doté de toutes les qualités pour briller chez les plus grands: pointe de vitesse, sens tactique, gros finisseur. Reste à lui de nous le démontrer, et pourquoi pas cette année? S’il est dans la roue des plus costauds dans le final il pourrait être une excellente surprise au sprint en petit comité… A suivre.