Photo : teamsky.com

[dropcap style= »5″ text= »S »]amedi, c’est le coup d’envoi de la 68ème édition du Tour d’Espagne. Cette Vuelta comporte un parcours compliqué, convenant avant tout aux grimpeurs. Après le régal qui leur a été offert sur le Tour de France, les rois de la montagne vont à nouveau trouver un terrain à leur goût.

En évoquant le terme « grimpeur », il est impossible de mettre de côté les coureurs colombiens. Brillants depuis le début de la saison avec notamment Rigoberto Uran, deuxième du dernier Giro, Carlos Betancur, cinquième et meilleur jeune de ce Tour d’Italie remporté par Vincenzo Nibali. Et puis, comment oublier Nairo Quintana, deuxième du Tour de France avec le maillot à pois et le maillot blanc à la clé. Autant dire qu’habitués à une belle réussite, les Colombiens, purs grimpeurs, auront un grand rôle à jouer dans ce Tour d’Espagne.

Des clients pour le général

Cela fait 26 ans que Luis Herrera a remporté la Vuelta. Il est à ce jour le seul coureur colombien à avoir ajouté son nom au palmarès d’un grand tour. Deuxième du Giro, Rigoberto Uran est un sérieux client à la succession d’Alberto Contador. De plus, le contre-la-montre par équipe inaugural pourrait avantager son équipe, la SKY, et lui permettre de se placer d’emblée avant de basculer vers les sommets dès le lendemain. Dans cette équipe compétitive, qui, avec Christopher Froome, a remporté la centième édition du Tour de France, c’est Sergio Henao qui a pourtant été choisi comme leader. Deuxième de la Flèche Wallonne, Henao a terminé quatorzième de la Vuelta l’an passé.

Carlos Betancur, le Quintana du Tour d’Espagne ?

Carlos Betancur, quant à lui, a fait une très bonne première partie de saison en brillant dans les classiques ardennaises. Il termine troisième de la Flèche Wallonne et quatrième de Liège-Bastogne-Liège. Il récidive sur le Tour d’Italie avec une cinquième place au classement général, ce qui lui vaut d’être le meilleur jeune. Alors qu’il va découvrir la Vuelta, il peut espérer une nouvelle fois une place d’honneur et le classement des jeunes. Il s’impose également comme un coureur d’avenir, au même titre que Quintana.

Ce sont des coureurs synonymes d’espoir pour un cyclisme nouveau, sur une voie de guérison. La Vuelta pourrait être le grand tour qui correspond le plus aux Colombiens, avec des étapes difficiles et des grandes chaleurs. La Colombie pourrait bien avoir de nouveaux héros à fêter car ses coureurs seront présents lors de cette édition du Tour d’Espagne. Si l’animation risque d’être colombienne, le vainqueur le sera-t-il ? Réponse dans trois semaines… Le départ de la Vuelta, c’est samedi !