Avec plus d’une dizaine de victoires depuis le début de la saison, les coureurs de la formation kazakhe ont bien souvent montré le maillot bleu en tête des pelotons. Les rumeurs du début de saison ne laissaient pourtant pas présager de tels succès. La survie de la formation kazakhe dans le peloton professionnel semblait en effet menacée suite au non-versement des subventions du gouvernement du Kazakhstan.

Le manager Vinokourov a pu rétablir la situation à temps et les coureurs n’ont pas mis longtemps avant de faire honneur à leur maillot. Que ce soit Valgren au Nieuwsblad et à l’Amstel, Luis Leon Sanchez, Miguel Angel Lopez, Omar Fraile, Jakob Fuglsang ou encore  Magnus Cort Nielsen dans les courses d’un jour ou les épreuves par étapes , ils ont tous démontré qu’ils avaient la ferme intention de briguer une place dans le top des équipes du World Tour 2018.  Comme plusieurs équipes pro de l’élite, Astana possède également son équipe féminine depuis 2015 qui elle court sous licence italienne. Peu de références notables au cours de ces années pour des cyclistes issues majoritairement des pays de l’Est hormis la française Riberot en 2016 et la cubaine Sierra depuis 2017. On notera simplement quelques titres nationaux kazakhes et cubains. Mais comme pour les garçons, après un recrutement orienté davantage vers l’Italie, 2018 a sonné le réveil des troupes et les maillots bleu ciel sont désormais présents à l’avant des pelotons et ce, même dans les course du Worldtour.

Embed from Getty Images

Martina Alzini a remporté la 3ème étape du Giro di Campania alors que Martine Alzini empochait le classement général mais c’est sur des courses d’un autre niveau qu’Astana a fait parler la poudre. Lara Vieceli a aussi terminé 17ème de la Flèche et 25 ème de Liège-Bastogne-Liège mais les principales révélations de la saison sont :

Arlenis Sierra, la cubaine,  qui a terminé 5ème et 7ème de deux courses UCI en Hollande, 4ème à Gand Wevelgem, 12ème à Binda et 11ème à l’Amstel Gold Race. Elle vient de conquérir le titre de championne pan-américaine sur route.
Sofia Bertizzolo qui a terminé 8ème de la Flèche Wallonne; elle est toujours actuellement leader du classement jeunes du Women’s world tour et vient encore de décrocher le classement de la montagne au Luxembourg.
Letizia Paternoster qui s’est s’adjugé le GP Liberazione en Italie ainsi que la dernière étape et le général du Festival Elsy Jacob au Luxembourg, s’octroyant au passage le classement par points et celui de la meilleure jeune. L’équipe Astana a donc fait le plein des maillots au Luxembourg et ne compte pas s’arrêter en chemin. Il serait en effet stupide de ne pas surfer sur cette vague positive et de ne pas faire fructifier ces jeunes talents en devenir.

NDLR : Si cette victoire peut en étonner plus d’un, les passionnés de vélo et de statistiques se rappelleront néanmoins que L. Paternoster n’est pas une inconnue, elle a quitté la catégorie juniores avec 5 titres mondiaux sur piste et des médailles d’or européennes dans 7 disciplines différentes ; sur route, après deux titres nationaux en 2017 en ligne et CLM elle obtient deux médailles de bronze aux championnats continentaux et mondiaux en ligne, soit assurément un sacré talent.