Il est bien difficile de définir le statut de Chantal Blaak, tant avec son pays qu’avec son équipe commerciale, la raison ? La Néerlandaise peut être une équipière modèle, un électron redoutable ainsi qu’une leader extrêmement fiable lorsque l’occasion s’en présente. Et pour cause, depuis son arrivée au sein de la Boels-Dolmans en 2015, Chantal Blaak n’en finit plus de surprendre, la Néerlandaise, longtemps cantonnée au simple, mais non moins remarquable, rôle d’équipière de luxe a récemment pris une toute nouvelle dimension, aussi bien dans son équipe que chez les Oranje et ce n’est pas sa saison qui ira à son encontre.

La saison de Chantal Blaak a débuté en Belgique où, pour ce qui était son premier jour de course, elle régla son groupe pour venir terminer à la 2e place du Het Nieuwsblad. Puis, lors des premières courses World Tour de la saison, la Néerlandaise fit parler sa pointe de vitesse pour venir engranger des tops 10, que ce soit aux Pays-Bas sur le Tour de Drenthe (9e), en Italie lors du Trophée Alfredo Binda où elle échoua au pied du podium ou encore sur Gent Wevelgem (8e). Le Ronde arrive, et le leadership au sein de la Boels-Dolmans se fait de plus en plus ouvert, en effet, Elizabeth Deignan, l’emblématique leader de la formation néerlandaise, n’est plus aussi intouchable que la saison dernière à la même période, tandis qu’Anna van der Breggen, recrue phare de l’équipe en cette saison 2017 déçoit jusqu’alors. Sur ce Tour des Flandres, Chantal Blaak fait partie des plus costaudes dans le final, la native de Rotterdam est dans les 16 qui se disputent la victoire au sprint, mais si elle doit buter face à une impressionnante Coryn Rivera lors de l’emballage final, elle parvient, pour la deuxième fois de suite, à terminer sur le podium de l’épreuve, à la 3e place.

Après avoir fait le job lors du Healthy Ageing Tour en remportant deux étapes, la Néerlandaise retrouva son travail d’équipière de luxe lors des ardennaises, aidant le duo van der Breggen-Deignan à régner en maître aussi bien sur l’Amstel Gold Race que sur Liège-Bastogne-Liège. Après un anecdotique passage en Grande-Bretagne, Blaak retrouva ses Pays-Bas dans lesquels elle se mit en condition pour les championnats nationaux. Après avoir fini à une bonne 6e place lors du contre la montre, elle s’adjugea pour la première fois de sa carrière le titre sur route. C’est donc auréolée du maillot du pays des tulipes que Chantal Blaak prit part au Giro Rosa dans lequel, elle joua à merveille le rôle d’équipière pour Anna van der Breggen qui s’adjugea son second Tour d’Italie en trois ans.  Présente lors des championnats d’Europe à Herning, Chantal Blaak était de la Dream Team néerlandaise. Lors de l’épreuve sur route, elle se sacrifia pour Marianne Vos, et lui permit ainsi d’ajouter un nouveau titre dans son palmarès déjà bien fourni. Dans la lignée de son périple nordique, Blaak était présente lors du Crescent Vargarda où, comme l’an passé, elle fut l’un des maillons forts de sa formation sur le contre la montre par équipe.

Après un Tour de Norvège un peu plus en retrait malgré une 11e place à la clé, elle reprit du poil de la bête en terminant 6e du Boels Rental Ladies Tour, son ultime répétition avant les championnats du monde de Bergen. Présente au sein de la Boels-Dolmans lors du contre la montre par équipe des Mondiaux en Norvège, Chantal Blaak et son train ne purent conserver leur titre acquis l’année précédente à Doha, en raison du final supersonique des Sunweb. Néanmoins, la Néerlandaise était prête et ça tombe bien, son jour de gloire arrive. Lors de la course en ligne, la championne des Pays-Bas s’échappa à 23 kilomètres de l’arrivée en compagnie d’Audrey Cordon-Ragot et d’Hannah Barnes. Ce trio collabora, mais dû faire face au retour d’un quatuor constitué d’Annemiek van Vleuten, d’Anna van der Breggen, de Katarzyna Niewiadoma et de Katrin Garfoot. C’est alors, qu’à 8 kilomètres de l’arrivée, Chantal Blaak força son destin en partant seule. La Néerlandaise, en profita alors pour mettre ses leaders à son service, et plus personne ne la revit. En 2018 c’est elle qui sera parée d’arc-en-ciel et personne d’autre.

Chantal Blaak n’est peut-être pas la première personne lorsque l’on évoque le cyclisme néerlandais où la Boels-Dolmans, mais qu’importe, Chantal Blaak est simplement Chantal Blaak et rien que ça, fait d’elle une coureuse fantastique.