[dropcap size=small]N[/dropcap]ous l’avons appris il y a peu, la nouvelle équipe de Marianne Vos et Katarzyna Niewiadoma s’appellera Fortitude Cycling prenant ainsi la suite de la Rabobank, désireuse de prendre du recul au sein du monde de la « Petite Reine ». Depuis son retour dans le peloton féminin en 2012, la formation sponsorisée par la plus célèbre des banques néerlandaises a laissé une emprunte indélébile dans le cyclisme féminin, au point même d’être en partie responsable de son développement.

2013 : La domination

FLORENCE - WK Wielrennen in Toscane. Winnaar Marianne Vos komt over de finish ANP BAS CZERWINSKI
(Crédit Photo : ANP BAS CZERWINSKI)

Forte de sa domination sur route, la Rabobank n’est pas non plus en reste en ce qui concerne les sous-bois. En effet, le phénomène Vos, en plus de dominer son sport durant l’année est également en mesure de briller l’hiver. Si elle n’a jamais remporté la Coupe du Monde, elle est toutefois quintuple championne du monde de la discipline (2006, 2009, 2010, 2011 et 2012). A cela s’ajoute une Pauline Ferrand-Prévot dont la polyvalence lui permettra, par la suite, d’écrire l’histoire de son sport, Sanne van Paassen, lauréate de la Coupe du Monde en 2011, ainsi qu’une Thalita de Jong qui, elle aussi, parviendra à être aimantée par ce maillot arc-en-ciel décidément réceptif à ce maillot « Oranje ». La Coupe du Monde commence bien avec la victoire de van Paassen lors de la première manche à Tabor mais, par la suite, une intraitable Katherine Compton viendra glaner les quatre manches suivantes à Plzen, Coxyde, Roubaix et Namur. Il faudra attendre le retour de Marianne Vos pour revoir la Rabobank triompher, sur les trois dernières manches, la championne du monde réalise le grand chelem. En plus de ces 4 manches de Coupe du Monde, la banque néerlandaise aura notamment triomphé lors du SuperPrestige de Hamme-Zogge et lors du Krawatencross à Lille pour ce qui était la 5ème manche du Trophée Banque Bpost, héritier du trophée GVA. Les Championnats des Pays-Bas et du Monde ne seront qu’une formalité pour une Marianne Vos qui, après une saison 2012 de tous les records, allait aborder 2013 avec la confiance au beau fixe.

Au niveau des transferts, Lucinda Brand, Megan Guarnier, Jolanda Neff et Katarzyna Niewiadoma (qui intègrera l’équipe au mois d’août en tant que stagiaire) viennent s’ajouter à un effectif qui vient de perdre Tatiana Antoshina partie chez MCipollini-Giordana, Lauren Kitchen venue garnir les rangs de la Wiggle Honda et Sarah Düster, qui a mis un terme à sa carrière. Du côté de l’encadrement technique, Jeroen Blijlevens est parti chez les frères de la Blanco qui deviendra par la suite Belkin et est remplacé par un produit de l’école Rabobank, le double champion des Pays-Bas : Koos Moerenhout, qui a commencé et terminé sa carrière au sein de cette structure.

Si 2012 a été l’année de Marianne Vos, que dire de 2013 ? où la double championne du monde sur route a réussi à rendre banal l’inimaginable, mieux ou pire, selon les opinions de chacun, la native de Bois-le-Duc va littéralement amplifier la dynastie de son équipe, sa légende en remportant 22 des 29 succès auxquels goûtera sa formation cette saison. 2013 commence pourtant par une 4ème place, acquise par Annemiek van Vleuten sur le Het Nieuwsblad qui a vu la victoire de Tiffany Cromwell. C’est à Drenthe, comme l’année précédente en somme, que la Rabobank lança sa saison par l’intermédiaire de sa « Cannibale », pas encore rassasiée, qui remporte, en guise d’apéritif, le Drentse 8 van Dwingeloo, en battant au sprint, sa bourreau des Mondiaux de Geelong et Copenhague : Giorgia Bronzini. Deux jours plus tard, c’est en réglant sa compatriote Ellen van Dijk, que Vos conserva son titre en ouverture de la Coupe du Monde. Le premier accroc de la saison intervient lors du Trophée Alfredo Binda, la Rabobank doit regarder jusqu’à la 6ème place pour voir la première de ses coureuses, encore une fois, il s’agit de Marianne Vos, victime comme toutes les autres, d’une Elisa Longo Borghini des grands jours. Puis, arrive le Tour des Flandres, ce monument du cyclisme dont l’ombre plane dans la salle des trophées de la championne Olympique. Sur ce Ronde, la Cannibale va renforcer sa légende en ajoutant son nom au palmarès de « la plus belle des Flandres » en réglant Ellen van Dijk, Emma Johansson et Elisa Longo Borghini, toutes trois alors en quête de devenir la nouvelle « Lionne des Flandres. » Van Vleuten, lauréate de l’épreuve deux ans auparavant termine 5ème. La malédiction flandrienne étant rompue, s’en suit alors une nouvelle victoire sur la Flèche Wallonne, le terrain de jeu de Marianne Vos qui deviendra, dès l’année suivante, la terre promise de ses coéquipières. Par la suite, la Rabobank signe une nouvelle démonstration sur le Festival Luxembourgeois du cyclisme féminin Elsy Jacobs orchestré par le duo Vos – van Vleuten, qui s’adjuge comme l’année précédente, deux des trois étapes. S’en suit alors un doublé de la formation batave sur le Rabobank 7-Dorpenomloop Aalburg, réalisé par Marianne Vos et Lisbeth de Vocht, de quoi ravir un sponsor déjà aux anges tant l’équipe domine son sujet. La championne du monde poursuivra sur sa lancée quelques jours plus tard, à Durango, où elle s’impose devant Emma Johansson. Sur le, toujours très difficile, Emakumeen Euskal Bira, la Néerlandaise commence bien en s’adjugeant la première étape mais c’était sans compter sur une Emma Johansson qui, durant ces quatre jours dans le Pays Basque, va survoler l’épreuve. Les Rabobank trustent les places du top 10 mais aucune ne figure sur le podium, Marianne Vos est 5ème et, c’est anecdotique, deuxième néerlandaise puisqu’une certaine Anna van der Breggen la devance, Megan Guarnier et Lucinda Brand sont, quant à elles, respectivement 7ème et 8ème du classement général. Arrive alors la période des championnats nationaux, comme en 2012, la récolte sera fructueuse pour les dames en orange puisque ce n’est pas moins de trois titres qui arriveront dans les valises de le formation dirigée par Koos Moerenhout, qui plus est, dans des pays où le cyclisme n’est pas loin d’être une religion. Pauline Ferrand-Prévot conserve son titre sur le contre la montre, Lisbeth de Vocht remporte, comme en 2010, la course en ligne en Belgique, elle conservera également sa tunique lors de l’épreuve chronométrée. Enfin, Lucinda Brand continue d’écrire sa belle histoire avec le maillot national, 3ème l’an dernier, la Batave décroche son premier titre chez les professionnelles. Le Giro Rosa nouvellement appelé de la sorte en lieu et place du Giro Donne verra Marianne Vos remporter trois étapes mais la Néerlandaise ne pourra faire mieux que 6ème d’une épreuve remportée par Mara Abbott. L’Américaine a notamment dompté les pentes du Stelvio pour remporter son second Tour d’Italie après celui acquis en 2010. C’est en Suède que Marianne Vos et ses coéquipières vont poursuivre leur domination au sommet du cyclisme féminin. Après avoir contribué à la deuxième place de sa formation lors du contre la montre par équipe, la championne Olympique succède à sa coéquipière Iris Slappendel et s’adjuge l’épreuve Suédoise au sprint devant Emma Johansson, qui évoluait à domicile, et ses compatriotes Amy Pieters et Ellen van Dijk. Sur le Trophée d’Or, le nom est révélateur, la triplette Brand-van vleuten-Vos va briller de mille feu. La championne des Pays-Bas prendra la 3ème place de l’épreuve en ayant été régulière tout au long de la semaine. La seconde s’imposera lors de la dernière étape arrivant à St Amand Montrond. Enfin, Marianne Vos a fait du Marianne Vos, elle ressort de l’épreuve avec le général en poche en plus de 3 étapes. C’est Anna van der Breggen, en grande forme en cette fin de saison 2013, et toujours chez Sengers qui parviendra à s’intercaler à la deuxième place du général. A Plouay, Marianne Vos survole l’épreuve, comme en 2012, et l’emporte devant Emma Johansson et Anna van der Breggen qui, s’avèrera être par la suite un soutien de taille pour sa leader. Participant au Tour de Toscane pour préparer les Mondiaux se déroulant à Firenze, Marianne Vos et son équipe écrasaient l’épreuve, jusqu’à la dernière étape où, la faute à une route peu si ce n’est pas sécurisé, la Rabobank ainsi qu’une grande partie des équipes présentes en Toscane prirent la décision de ne pas terminer l’épreuve italienne dans laquelle elle avait alors remporté trois des quatre étapes, toutes par l’intermédiaire de la championne du monde sortante. Les Mondiaux arrivent, pour la deuxième fois de sa carrière, la « Cannibale » remet son titre en jeu, la première expérience avait découlé d’une série aussi impressionnante que malheureuse de cinq 2ème place consécutives derrière quatre coureuses différentes (Marta Bastianelli en 2007, Nicole Cooke en 2008, Tatiana Guderzo en 2009 et Giorgia Bronzini en 2010 & 2011). Mais cette année, la donne est toute autre, Marianne Vos possède ce sentiment d’invincibilité qui habite les plus grands et grâce à un remarquable travail signé de sa lieutenante d’un jour : Anna van der Breggen, c’est à nouveau en solitaire que celle qui était alors double championne du monde fit la passe de trois. Le fameux syndrome néerlandais ? Qu’est-il ?

Ayant à nouveau flambée en cette saison 2013, Marianne Vos est au sommet de son art. Pourtant, son règne va être de plus en plus contesté, notamment par ses coéquipières…