[dropcap size=small]N[/dropcap]ous l’avons appris il y a peu, la nouvelle équipe de Marianne Vos et Katarzyna Niewiadoma s’appellera Fortitude Cycling prenant ainsi la suite de la Rabobank, désireuse de prendre du recul au sein du monde de la « Petite Reine ». Depuis son retour dans le peloton féminin en 2012, la formation sponsorisée par la plus célèbre des banques néerlandaises a laissé une empreinte indélébile dans le cyclisme féminin, au point même d’être en partie responsable de son développement.

2014 : Le « Big Three »

 

ferrand-prevot_5105516
(Crédit Photo : Miguel Riopa / AFP)

Cette période de transition entre deux saisons qu’est le temps du Cyclo-Cross aura vu sa Coupe du Monde résulter d’un sandwich composé de tranches de Marianne Vos aux parfums de Fauquemont et Nommay et d’une garniture à la sauce Kathie Compton qui conserve, ainsi, son titre acquit l’année précédente. La « Cannibale » parviendra tout de même à triompher de la manche de Loenhout au surlendemain de Noël pour le compte de la 5ème étape du Trophée Banque Bpost. Les Championnats Nationaux, faisant offices de répétitions générales avant les mondiaux, seront l’occasion pour Marianne Vos de savourer l’apéritif en préambule de l’immense festin qu’elle dévorera dans son antre d’Hoogerheide. Quant à Pauline Ferrand-Prévot qui met, quant à elle, fin au règne de Lucie Chainel-Lefèvre ce championnat de France lui permettra, par la suite, de s’inscrire dans la cour des grandes pour cette saison 2014 qui pointe le bout de son nez.

Si le règne de la Rabo-Liv sur route est indiscutable, l’effectif n’en est cependant pas moins considérablement renforcé par la venue d’Anna van der Breggen qui, avec Marianne Vos et Pauline Ferrand-Prévot, formera un « Big Three ». Si ce terme trouve plus sa place en NBA, force est de constater qu’il pouvait être employé dans ce sens dans la mesure où le talent de ces trois coureuses est complémentaire et que ce trio marquera de son empreinte la saison à venir. D’autant plus que la venue de van der Breggen s’inscrit dans une certaine logique puisqu’elle a acquis des automatismes avec Marianne Vos au sein de l’équipe nationale. Outre la venue de la future championne Olympique, l’Allemande Anna Knauer et la Néerlandaise Moniek Tenniglo viennent s’ajouter à un effectif qui a perdu Megan Guarnier, partie chez les consoeurs de Boels-Dolmans pour un transfert qui s’avèrera gagnant pour les trois parties, tout comme Sanne van Paassen. Lisbet de Vocht est, quant à elle, revenue chez Lotto-Soudal. Enfin, Jolanda Neff s’en est également allée, privilégiant le VTT.

Pourtant au sommet de son art, Marianne Vos est contrainte de se faire opérer d’un kyste qui l’a gêné durant toute la saison 2013. Sa rentrée est par conséquent retardée à la Flèche Wallonne, sa course fétiche. Cette opération s’avèrera être un tournant car si la banque néerlandaise reste l’équipe de la « Cannibale », les clés du camion, elles, traversent la frontière et se retrouvent au trousseau de Pauline Ferrand-Prévot et ses coéquipières.

Le début de saison est moins fructueux qu’à l’accoutumé, Annemiek van Vleuten termine 8ème d’un Het Nieuwsblad remporté par Amy Pieters. Puis, le trio Thalita de Jong, Katarzyna Niewiadoma et Annemiek van Vleuten, à nouveau, doit se contenter des places d’honneurs sur l’Omloop van het Hageland en terminant respectivement 4ème, 6ème et 9ème de l’épreuve. Sur le Molecaten Drentse 8, qui faisait office de répétition générale avant la première manche de la Coupe du Monde, Thalita de Jong termine aux portes du top 10. Il y aura toutefois du mieux lors du Tour de Drenthe où Elizabeth Armitstead régla Anna van der Breggen qui venait alors de sortir de sa boîte après des premiers jours de courses dans l’ombre. Par ailleurs, Annemiek van Vleuten prit la 5ème place de l’épreuve, de même pour Iris Slappendel qui parvient à compléter le top 10. Sur la deuxième manche de la Coupe du Monde, pour le compte du Trophée Alfredo Binda, le duo Anna van der Breggen – Pauline Ferrand-Prévot s’illustre en complétant le top 5 d’une course remportée par Emma Johansson. Puis, arrive le Ronde, orphelin de sa vainqueur sortante, qui va voir Ellen van Dijk réaliser un numéro pour s’adjuger ce monument du cyclisme devant sa coéquipière Lizzie Armitstead. Absentes d’un podium complété par Emma Johansson, les Rabo-Liv s’illustrent par leurs forces de frappe, 4 de leurs coureuses sont présentes aux 12 premières places : Annemiek van Vleuten complète le top 5 juste devant Anna van der Breggen tandis que, de leurs côtés, Pauline Ferrand-Prévot et Lucinda Brand finissent aux portes du top 10, terminant respectivement à la 11ème et 12ème place.

C’est à l’occasion de l’Energiewacht Tour que les protégées de Koos Moerenhout trouvent la voie. Lors de la pénultième étape, Lucinda Brand s’impose avec plus d’une minute d’avance sur un peloton réglé par Jolien D’Hoore, alors chez Lotto-Soudal et Elizabeth Armitstead. La championne des Pays-Bas fera coup double puisqu’elle s’adjugera le classement général de l’épreuve. Dix jours plus tard, les Rabobank retrouvaient et leur patronne, et leur terrain de jeu favori, cette fameuse Flèche Wallonne qui leur a tant réussie par le passé. Marianne Vos en manque de jours de courses, puisqu’elle faisait sa rentrée, c’est tout naturellement que Pauline Ferrand-Prévot se voit confier le leadership de la formation néerlandaise. Sur un terrain de jeu qu’elle apprécie pour y avoir toujours figurée dans le top 15 (dont une 7ème place en 2011) depuis trois saisons, la Française va justifier cette confiance placée en elle. Maculée du maillot de meilleure jeune de la Coupe du Monde, la Champenoise va, en domptant et le Mur de Huy et Elizabeth Armitstead alors leader de la Coupe du Monde, renforcer son statut au sein du peloton. Si jusqu’alors elle était un grand espoir du cyclisme féminin, voilà qu’elle fait désormais partie de ses références. A nouveau, outre la victoire, c’est à nouveau le collectif de la Rabo-Liv qui impressionne, Marianne Vos termine 6ème, Anna van der Breggen est aux portes du top 10 et Katarzyna Niewiadoma prend date pour l’avenir en complétant le top 15 de cette 17ème édition de la Flèche Wallonne. « PFP » étant lancée presque rien ne pourra l’arrêter en cette saison 2014.

Quatre jours ont suivi depuis que la Marseillaise a retenti à Huy. Les Rabobank sont toujours en Belgique et continuent leur routine habituelle sur le Dwars door de Westhoek. Anna van der Breggen remporte là sa première victoire sous ses nouvelles couleurs devant Jolien D’Hoore et Lucy Garner. Thalita de Jong et Pauline Ferrand Prévot ferment le top 5 de l’épreuve. Puis, quelques jours plus tard, lors du Festival Luxembourgeois du cyclisme féminin Elsy Jacobs, le duo Marianne Vos-Anna van der Breggen va écoeurer la concurrence en remportant les trois étapes prévues au programme. Mais une fois n’est pas coutume, si la « Cannibale » s’était adjugée les trois dernières éditions, c’est la nouvelle venue qui s’adjuge le classement général. Cinq jours plus tard, c’est en Grande-Bretagne pour la première édition du Women’s Tour que Marianne Vos va retrouver ses meilleures sensations. Accompagnée par une équipe articulée autour de sa personne, la Néerlandaise va remporter les trois dernières étapes, toutes au sprint. A cela s’ajoute, bien évidemment, le classement général de la course. Vos continuera sa razzia sur le Rabobank 7-Dorpenomloop Aalburg qui fait toujours plaisir au sponsor, le Gooik-Geraardsbergen-Gooik et le Durango-Durango Emakumeen Saria où Anna van der Breggen et Annemiek van Vleuten viennent, respectivement, terminer 4ème et 6ème. Arrive alors l’Emakumeen Euskal Bira, qui va être une répétition du Giro Rosa. Dès la 1ère étape de la course basque, le podium était fait et il ne restait plus qu’à en savoir l’ordre. Pauline Ferrand-Prévot l’emporte devant Anna van der Breggen et Marianne Vos. Le reste des concurrentes a déjà concédé au moins une minute sur le trio « Orange ». Lors de la 2ème étape, Marianne Vos l’emporte en solitaire, reléguant son groupe de poursuivantes, dans lequel figurait Pauline Ferrand-Prévot et Anna van der Breggen, à un vingtaine de secondes. Mais, la 3ème étape va voir PFP réaliser un numéro, la Française l’emporte avec plus d’1 minute et 40 secondes sur ses coéquipières et fait coup double en reprenant, par la même occasion, la tête d’un classement général qu’elle ne lâchera plus et ce, malgré la victoire de Vos lors de l’ultime étape. Au final, la Rabo-Liv aura réalisé le triplé sur cet Emakumeen Euskal Bira puisque, si Pauline Ferrand-Prévot et Marianne Vos en auront été les grandes dames, Anna van der Breggen complète le podium à près de 2 minutes de sa coéquipière française. Dans le même temps, Katarzyna Niewiadoma et Roxanne Knetemann se sont amusées sur le Frauen Grand Prix Gippingen. Si la Polonaise l’a emporté, la fille de Gerrie Knetemann, champion du monde en 1978, est parvenue à finir 3ème d’une course où seule Eugenia Bujak aura pu s’intercaler entre les deux coureuses de la Rabobank.

Nous en sommes à la période des championnats nationaux et la récolte des protégées de Koos Moerenhout va s’avérer fructueuse. A domicile, Annemiek van Vleuten s’adjuge le titre sur l’épreuve chronométrée au nez et à la barbe d’Ellen van Dijk pourtant championne du monde du contre la montre. Le titre sur route reste quant à lui, et bien que cela sera éphémère, à la maison puisqu’Iris Slappendel se pare du maillot tricolore. De son côté, auréolée de son nouveau statut, Pauline Ferrand-Prévot est prophète en son pays et connaît la réussite des plus grandes en s’adjugeant, pour la troisième année consécutive et pour 2 secondes, le titre national sur le contre la montre. La course en ligne aura des allures de formalité, la voilà désormais triple championne de France dans trois disciplines différentes, un quatrième titre arrivera, par la suite, en VTT. Quatre titres nationaux dans quatre disciplines différentes, une performance inédite pour un exploit non moins exceptionnel.

Voici venu le temps du Giro Rosa. C’est le moment pour la Rabo-Liv de retrouver cette maglia rosa que Mara Abbott avait reprise en 2013. Ce Tour d’Italie débute de la plus belle des manières avec un quadruplé qui, sans la présence de Melissa Hoskins dans le top 5, aurait été un quintuplé. Annemiek van Vleuten est la première à se parer de rose à Caserta, lieu de départ de cette 25ème édition. La championne des Pays-Bas du contre la montre devance pour 1 seconde Marianne Vos. Pauline Ferrand-Prévot complète le podium à 5 secondes, Anna van der Breggen est 4ème, 7 secondes plus loin, enfin, Roxanne Knetemann est 6ème, reléguée à 8 secondes. Le lendemain, à Santa Maria a Vico, le classement général de l’épreuve va commencer à se décanter. Marianne Vos remporte l’étape devant Elisa Longo Borghini et Pauline Ferrand-Prévot. Voilà la « Cannibale » parée de rose et son héritière française juste derrière à 15 secondes. La 2ème étape autour de Frattamaggiore avait des ères de Geelong ou de Copenhague puisque, le temps d’une étape, Marianne Vos redevint la victime favorite de Giorgia Bronzini mais réalise une bonne opération au classement général puisque, par le biais des bonifications, la voilà désarmais avec 21 secondes d’avances. La 3ème étape va voir Annemiek van Vleuten remporter sa deuxième étape sur ce Giro Rosa. Le général reste en partie inchangé puisque toutes les prétendantes à la victoire finale à la Madonna del Ghisallo étaient présentes dans le même groupe. Les Reines du sprint font leur retour lors de la 4ème étape entre Alba Adriatica et Jesi. Marianne Vos l’emporte et accentue son avance sur Pauline Ferrand-Prévot. La Néerlandaise compte désormais un matelas de 31 secondes sur sa coéquipière et 39 sur Elisa Longo Borghini. La 4ème du général : Annemiek van Vleuten est loin, très loin, à près de 2 minutes de sa compatriote. Le lendemain, Vos remet le couvert à Cesenatico, la maglia rosa de ce Giro dompte Giorgia Bronzini et compte désormais 41 secondes d’avances sur « PFP ». La suite ne sera que gestion de course. La 6ème étape est remportée par Emma Pooley qui s’impose en solitaire devant le trio van der Breggen – Vos – Ferrand-Prévot, la première citée en profitera, même, pour remonter à la 4ème place du général. Le lendemain, le sprint refaisait son apparition entre Aprica et  Chiavenna. A nouveau, Marianne Vos fut la plus véloce, la voilà qui compte désormais un avantage de près d’une minute sur sa principale adversaire, sa coéquipière. Lors de la pénultième étape de ce Giro Rosa Emma Pooley réalisera un nouveau numéro, à San Domenico di Varzo, la Britannique devance de 5 secondes, Mara Abbott et Anna van der Breggen de près de 30 secondes. Pauline Ferrand-Prévot 4ème est reléguée à 53 secondes mais revient à 16 secondes de Marianne Vos qui a perdu près d’1 minute 30 dans la bataille. L’autre bonne opération pour le général est à mettre à l’actif d’Anna van der Breggen qui, à la veille de l’arrivée finale, grimpe sur la troisième marche du podium. Une avant-dernière étape avec laquelle la Néerlandaise prendra rendez-vous l’année suivante… La dernière étape voit le triplé d’une Emma Pooley pour qui ce Giro ce sera apparenté à une fontaine de jouvence, la meilleure grimpeuse de cette édition devance de 25 secondes le duo Pauline Ferrand-Prévot – Marianne Vos qui termine ensemble et Anna van der Breggen finissant en compagnie de Mara Abbott, la lauréate sortante, comme un symbole… Au final, ce Giro Rosa aura été la consécration de ce « Big Three » lorsqu’il aura été aligné en sa totalité avec ce triplé au général de la plus grande course à étapes du calendrier féminin. A cela s’ajoute la belle 8ème place d’Annemiek van Vleuten et la prometteuse 11ème place de Katarzyna Niewiadoma. Au-delà du classement final de l’épreuve italienne, six des dix étapes sont revenues dans l’escarcelle de la Rabo-Liv. La domination était totale.

Dans la continuité de son 3ème sacre sur le Giro, Marianne Vos s’adjuge, sur les Champs Elysées, la nouvelle née d’ASO : La Course by le Tour dont elle était la marraine. S’en suivra sa seule victoire de la saison en Coupe du Monde à Bochum pour le Sparkassen Giro où elle régla au sprint Giorgia Bronzini et Lotta Lepistö. Un dizaine de jours plus tard, c’est en Norvège que les Rabobank faisaient escale. Après avoir placé 5 de leurs coureuses aux 6 premières places, Lisa Brennauer ayant commis l’affront de s’être intercalée à la 2ème place, du prologue remporté par Marianne Vos, la Rabo-Liv allait voir triompher Anna van der Breggen en patronne le lendemain. Elle fit, par ailleurs, coup double en s’emparant du leadership au général qu’elle ne lâchera plus et ce malgré la nouvelle victoire de Vos lors de l’ultime étape. Toujours dans les pays nordiques, la Rabo-Liv composée de Lucinda Brand, Thalita de Jong, Roxane Knetemann, Anna van der Breggen, Annemiek van Vleuten et Marianne Vos parvient à se classer 2ème du contre la montre par équipe de l’Open de Vargarda. Deux jours plus tard, Roxanne Knetemann prendra la 3ème place de l’épreuve en ligne remportée par Chantal Blaak devant Amy Pieters et qui verra un quintuplé néerlandais puisque Marianne Vos et Kirsten Wild viennent compléter le top 5.

Plouay qui, en plus de la Flèche Wallonne et où elle n’a plus perdu depuis 2010, faisait office de terrain de jeu favori de la Rabo-Liv, ne dérogea pas à la saison exceptionnelles des « Oranges ». Pourtant, ce n’est pas l’une des membres du « Big Three » qui va tirer son épingle du jeu. En effet, Lucinda Brand qui a multiplié les attaques ce jour-là va parvenir à se créer une avance suffisante pour pouvoir espérer s’adjuger la dernière manche de la Coupe du Monde, qui sera remportée par Lizzie Armitstead. Seule en tête l’ancienne championne des Pays-Bas va bénéficier d’un soutien de taille en la personne de Marianne Vos qui se mue en coéquipière modèle et qui bloque toutes les tentatives des autres concurrentes. C’est en solitaire et avec une avance de près d’une minute que Lucinda Brand l’emporte sur le groupe des poursuivantes réglé par…
…Marianne Vos et Pauline Ferrand-Prévot. Un nouveau triplé, aussi exceptionnel que devenu banal au fil de la saison. Les Mondiaux de Ponferrada seront l’occasion d’achever une année incroyable et comme toujours, il va se passer quelque chose avec les Rabo-Liv.

Sur le contre la montre par équipe, qui faisait office d’ouverture des Championnats du Monde pour ces dames et qui est l’une des rares courses que la Rabobank n’a jamais remportée du fait de la domination des Specialized – Lululemon dans l’exercice, le train « Orange », constitué de Lucinda Brand, Pauline Ferrand-Prévot, Roxane Knetemann, Anna van der Breggen, Annemiek van Vleuten et Marianne Vos, va vivre un calvaire. Tout d’abord, Marianne Vos va très rapidement se trouver incapable de suivre le rythme de ses coéquipières. Puis, le reste de l’équipe va être victime d’une violente chute dans l’un des derniers virages, qui sera d’ailleurs nommé « Virage Rabo » lors de la suite des Mondiaux, du parcours. Un véritable bain de sang qui verra Anna van der Breggen se fracturer le bassin et Annemiek van Vleuten, se blesser à la jambe, deux chances en moins pour les Néerlandaises qui perdent là deux potentielles médailles. Pauline Ferrand-Prévot fut également prise dans la chute mais elle s’en est « mieux tirée » malgré des brûlures et autres hématomes au niveau des côtes. Après le contre la montre, qui verra le sacre de Lisa Brennauer, c’est sur la course en ligne que la passation de pouvoir va s’opérer. Marianne Vos est en course pour un quatrième titre mondial, ce qui ferait d’elle l’égale d’Yvonne Reynders sacrée à quatre reprises (en 1959, 1961, 1963 et 1966). Dans le final, elle parvient à s’extirper en compagnie d’Elizabeth Armitstead, Elisa Longo Borghini et Emma Johansson. Cependant, le quatuor s’observe dans le dernier kilomètre, le peloton revient et c’est au sprint que le maillot arc-en-ciel se joue. Dans l’emballage final, Pauline Ferrand-Prévot se montre la plus intelligente et résiste au gros retour de Lisa Brennauer qui se retrouve privée d’un triplé historique (elle faisait également partie de la Specialized – Lululemon ayant triomphé lors du contre la montre par équipe). Emma Johansson vient compléter le podium. Il s’agit du premier titre mondial remporté par une Française sur route depuis Jeannie Longo en 1995 qui l’avait également emporté dans un pays hispanophone en étant sacrée à Duitama en Colombie. Marianne Vos qui n’est désormais plus en arc-en-ciel, elle aura signé sa plus mauvaise place dans les Championnats du Monde en ne terminant que 10ème mais après tout, qu’importe ? Le titre reste à la maison et c’est bien là le plus important.

Cette saison 2014 aura été bien au-delà des espérances souhaitées avec un total de 41 victoires au compteur mais en plus de cela, la Rabo-Liv aura permis la naissance d’une dynastie orchestrée par un trio exceptionnel. Néanmoinss, si cette année devait marquer le commencement d’une nouvelle ère, ce sera pourtant le début de la fin…