Thomas Voeckler a été nommé manager de l’équipe de France professionnelle hommes. Une nouvelle appellation pour le poste de sélectionneur. D’un commun accord, la fédération a mis fin aux fonctions de Cyrille Guimard. Deux ans après avoir arrêté sa carrière, Thomas Voeckler est donc de retour dans le peloton. Comme s’il n’était jamais vraiment parti.

Dans les faits, il n’est plus là. C’est vrai. On ne voit plus ses grimaces lorsqu’il est échappé. On ne voit plus sa langue tirée en plein milieu de l’effort. On ne le voit plus traîner en queue de peloton. Mais c’est comme s’il était toujours présent. Thomas Voeckler reste bien présent dans le milieu cycliste professionnel. Ambassadeur pour ASO, consultant pour France Télévisions, difficile de ne pas le remarquer.

Le revoilà désormais, officiellement, avec une fonction proche des coureurs. En tant que manager de l’équipe de France. Le nouveau nom du sélectionneur. Un poste qu’il voulait prendre un jour. Car il est comme ça, ambitieux, et ce même une fois sa carrière terminée. Il s’est montré « ravi » de la fonction qu’il endosse. « J’ai le sourire jusqu’aux oreilles d’avoir eu la confiance du président. »

Proximité

Voir Thomas Voeckler à ce poste est tout sauf une surprise. Il était évident qu’il prendrait, un jour, des responsabilités dans une équipe, voire la sélection nationale. Par son charisme et son palmarès, il semblait légitime aux yeux de beaucoup. Sa proximité auprès des coureurs sera forcément un plus. Lui qui était dans le peloton il y a encore deux ans a couru avec les coureurs qu’il sélectionnera (dans un premier temps du moins).

Le gros du travail commence maintenant. Mais bon. Comment ne pas avoir confiance, quand on sait la manière avec laquelle il a mené sa carrière. Difficile de ne pas l’imaginer transmettre sa hargne aux coureurs qu’il prendra sur les championnats d’Europe, du monde, et aux Jeux Olympiques dès 2020. Rien n’est acquis pour lui. Certes. Mais avec la génération de coureurs français du moment, et sa motivation affichée, il part déjà sur de bons rails.