À quelques kilomètres de l’arrivée du Tour de France dimanche, Jean-René Bernaudeau, manager général de l’équipe Direct Énergie a accepté de nous faire le bilan de cette Grande Boucle, et d’évoquer l’après Tour.

Jean-René Bernaudeau, quel bilan faites-vous de ce Tour de France ?

On est tous là en bonne santé. On s’était promis de ne pas avoir de regrets, on s’était fait cette promesse au premier briefing. Promesse tenue : une équipe combative et une victoire fabuleuse. Un Tour très réussi.

Encore une fois une victoire le jour de votre anniversaire en plus.

Oui c’est l’anecdote, mais c’est vrai que ça fait toujours plaisir ce jour-là. Ça fait cinq fois !

En début de Tour, il y avait eu une « affaire » avec l’absence de Bryan Coquard, au final le choix a été payant puisque vous repartez avec une victoire d’étape. Lilian Calmejane sera la personnalité de votre équipe l’année prochaine ?

Il a prouvé qu’il avait un mental de tueur, depuis longtemps, une grosse santé. Le talent, il en a beaucoup. Ce Tour il va le digérer. Je pense que cet hiver on aura de vrais objectifs précis pour lui.

Ce sont les derniers kilomètres de Thomas Voeckler. Il était votre emblème en quelques sortes. Quel est votre ressenti ?

On ne sait pas trop, on verra, mais il y aura de l’émotion. C’est une chose qu’on ne vivra qu’une fois dans notre vie. On n’a jamais d’expérience pour vivre des moments qui sont magiques et émouvants.

Le Tour de France se termine, quels sont vos objectifs pour les derniers mois de la saison ?

Gagner beaucoup de courses. Lancer les jeunes, Fabien Grellier, Romain Cardis… Plein de jeunes qui ont les dents longues pour préparer l’avenir. L’avenir se présente bien pour nous.