Le deuxième dimanche d’avril marque la fin de la période des classiques pavés, souvent reconnues comme les plus intenses et palpitantes à suivre. A l’occasion de Paris-Roubaix voici un top 3 plus qu’improbable, mais pas totalement impossible pour l’Enfer du Nord.

Adrien Petit

Les journalistes en rêvent pour pouvoir titrer: « Petit chez les grands ». Lui le désire et son équipe aussi, dans la même lignée que Florian Sénéchal chez Cofidis, l’arrageois est un passionné des classiques pavées et il semble cette année avoir passé un cap. Accompagné par Chavanel, il ne sera pas le leader désigné de son équipe, mais il aura carte blanche. 10ème du Het Niewsblad, 26ème du Tour des Flandres, il faudrait un vrai miracle pour que le jeune français l’emporte sur le vélodrome, mais fort d’une bonne pointe de vitesse et d’un statut de baroudeur, il pourrait créer la surprise à l’image d’un Frédéric Guesdon dernier vainqueur français il y a tout juste 20 ans. Reste à lui de créer la surprise ce dimanche et de jouer sa carte à fond. Et puis sur le dernier Tour des Flandres il a devancé d’une place un Sagan complètement dépité… Un signe ?

Sonny Colbrelli

C’est la moins grosse surprise de ce top 3. L’italien est loin d’être cité parmi les flandriens pur jus, mais cette année 2017 est celle de l’explosion: 2 top 10 sur le Tour de Dubai,  3 top 10 sur le Tour d’Oman et sur Paris-Nice, où il gagne une étape et une campagne de classique ultra-complète: 13ème de Milan-San Remo, 7ème du GPE3, 13ème de Gent-Wevelgem, 10ème du Tour des Flandres. Il n’y a pas à dire s’il arrive dans le bon coup sur le vélodrome, il faudra clairement se méfier de lui, l’italien tourne autour d’un gros coup et évolue au sein d’une équipe atypique sur les classiques. Si vous voyez un casque doré à l’avant: c’est souvent l’italien. Il faut aussi se souvenir qu’aucun succès n’est intervenu depuis 1999 pour l’Italie, dont les trois vainqueurs sont Moser, le regretté Ballerini et Tafi. Et avec cette victoire, l’italien entrerait à coup sur dans la cours des grands.


Scott Thwaites

1997 pour la France, 1999 pour l’Italie, et pour la Grande-Bretagne? Jamais! Aucun coureur britannique n’a réussi à l’emporter à Roubaix, seulement trois d’entre eux étant montés sur la troisième marche du podium (Hobban, Hammond, Stannard). Alors pourquoi pas Scott THWAITES? Son nom ne vous dit probablement rien et pourtant cette année son parcours est superbe sur les classiques: 10ème des Strade Bianche, 30ème du GPE3, 29ème de Gent – Wevelgem, 16ème du Tour des Flandres, pas mal pour un coureur tantôt au service de Boasson-Hagen, ou de Cavendish. En se glissant dans un bon coup et en ne collaborant pas dans l’attente d’un retour de son leader, le britannique a peut-être un coup à jouer. Nous aurons la réponse très vite demain pour ce coureur qui possède la caractéristique, contrairement à bon nombre de ses compatriotes, de n’avoir jamais été champion de Grande-Bretagne, du monde ou olympique sur piste! Au lieu de cela l’anglais s’est tourné vers le cyclo-cross… un présage pour Roubaix?

Et vous, quels sont vos favoris déraillés ?