Après 14 ans d’absence, l’Amstel Gold Race faisait son retour dans le calendrier féminin. Au programme de cette Amstel 2.0, un parcours long de 121 kilomètres dont un circuit final de trois tours, empruntant les principales côtes de l’épreuve.

La première tentative d’échappée de cette édition est l’oeuvre du duo Winanda Spoor (Lensworld), Willeke Knol (Cylance) mais il ne fera pas long feu. Puis, c’est au tour d’un autre tandem de se mettre en évidence : Sara Mustonen (VéloCONCEPT) et Marta Tagliaferro (Cylance). La paire italo-suédoise comptera jusqu’à 45 secondes d’avances mais se fera reprendre par le peloton. De leur côté, les bergs commencent à faire leur effet, après le Fromberg, le peloton n’est plus composé que d’une quarantaine d’unités.

Nous arrivons dans le circuit final et les principales favorites commencent à se dévoiler, mais il est encore tôt. C’est alors le moment choisi par Amy Pieters (Boels-Dolmans) pour tirer son épingle du jeu. La Néerlandaise, va faire course commune avec Audrey Cordon (Wiggle High5). Peu après, Roxanne Knetemann (FDJ-Futuroscope) et Tetyana Riabchenko (Lensworld) viendront les rejoindre. Le groupe de tête se fera reprendre dans le Cauberg. Il reste moins de 20 kilomètres à parcourir, et les favorites commencent alors à griller leur première cartouche, Katarzyna Niewiadoma (WM3), Elisa Longo Borghini (Wiggle High5) et Elizabeth Deignan (Boels-Dolmans) s’extirpent du peloton.  Ce trio sera rejoint par trois autres coureuses : Annemiek van Vleuten (Orica-Scott), Anna van der Breggen (Boels-Dolmans) et la révélation de cette saison : Coryn Rivera (Sunweb).

Dans le final, Anna van der Breggen se détache. Derrière, les cinq poursuivantes tergiversent et laissent partir la championne d’Europe en solitaire, qui ne se prive pas de se faire un matelas de 30 secondes d’avances assez rapidement. Dans l’ultime montée du Cauberg, la championne Olympique ne perd pas de temps sur ses anciennes compagnes de tête. Derrière, le rythme imposé par Niewiadoma fait mal à Rivera qui se fait distancer ainsi qu’à van Vleuten. Néanmoins, cette dernière parviendra à revenir, profitant de la phase d’observation du trio Deignan, Niewiadoma, Longo Borghini.

Anna van der Breggen l’emporte en solitaire, succédant à une autre championne Olympique puisque c’est Nicole Cooke qui fut sacrée pour la dernière fois (en 2003). La Néerlandaise devance sa coéquipière Elizabeth Deignan, toujours aussi irrésistible sur ce genre d’arrivée, et la championne de Pologne Katarzyna Niewiadoma.