Photo : AFP

[dropcap style= »5″ text= »L »]

e Tour de France a commencé il y a un peu plus d’une semaine et, à l’heure de la première journée de repos, le Dérailleur fait le point sur les premiers enseignements que l’on peut tirer.

Froome comme prévu

On le savait grandissime favori au départ de cette centième édition de la Grande Boucle et Chris Froome ne fait que confirmer les pronostiques. Alors oui, soyons honnêtes, cela dérange nombreux observateurs – dont je fais partie – ainsi qu’une grande partie des spectateurs. Non seulement, le Britannique est le plus fort à l’heure d’aujourd’hui mais il écrase la course comme lors des plus sombres années du cyclisme. Lors de l’arrivée d’Ax 3 Domaines, Froome a écœuré la concurrence en plaçant une attaque tranchante à 4 kilomètres de l’arrivée pour mettre tous ses adversaires à plus d’une minute – bien plus pour certains, nous y reviendrons. Le seul a avoir légèrement pu suivre le leader de la Sky n’est autre que Richie Porte, son lieutenant attitré. Au soir de cette première étape de montagne, les deux coureurs avaient bel et bien tué le Tour ainsi que tout suspense, et ce d’autant que les deux hommes sont excellents – aussi – en contre-la-montre. De bonne augure avant le chrono du Mont Saint-Michel !

Alors certes, Richie Porte a sombré hier concédant plus de 18 minutes mais Chris Froome sans équipiers pendant 100 kilomètres a tenu le coup et a contré les quelques attaques que lui a porté Nairo Quintana. Même si l’équipe Sky est moins forte que l’an passé, leur leader reste cependant sur une autre planète. Un trop grand « écart » – lisez son homonyme – sans doute.

Movistar et Saxo, troubles-fêtes?

Tombés sur la tête samedi soir, certains ont rapidement voulu conjurer le sort, c’est le cas de l’équipe Movistar. Alejandro Valverde a de quoi être satisfait, le deuxième du général possède sans doute la meilleure équipe du Tour pour l’instant. Avec entre autre Nairo Quintana, maillot blanc et 7ème au général et Rui Costa 10ème, l’équipe espagnole a fait sombrer les équipiers de Froome, Porte le premier. L’équipe a roulé pendant de nombreux kilomètres contrant moult attaques tout en essayant de distancer un maximum de coureurs. Alors certains ont décrié la tactique de course, arguant que cela faisait au final les affaires du maillot jaune qui n’avait qu’à se coller dans les roues. Peut-être mais cela a quand même permis de voir une superbe étape hier et d’éliminer Richie Porte pour de bon. Il est fort à parier que les équipiers de Valverde tenteront encore ce genre de coups lors des prochaines échéances en montagne.

Dans l’équipe d’Alberto Contador la Saxo-Tinkoff, la situation est un peu différente. Au rayon des bonnes nouvelles, Roman Kreuziger et dans une moindre mesure Michael Rogers. Le Tchèque est pour l’instant le meilleur Saxo et à la 5ème place au général reste un danger pour Chris Froome même si, on l’a vu, l’ancien leader d’Astana a pour but d’épauler Alberto Contador en montagne. Même chose pour Rogers qui a quand même bien épaulé l’Espagnol. Le petit moins pour l’instant, c’est bien Contador qui ne parvient que très difficilement à suivre le rythme. Il devrait cependant, s’aguerrir au fil du temps.

Les top

Il y a plusieurs belles surprises pour l’instant. Bien que l’on ne puisse parler de surprise avec Nairo Quintana qui a montré des garanties. Le petit grimpeur colombien a fait parler la poudre samedi avant de se faire rattraper par la patrouille. Il a aussi tenté hier, sans succès. On le reverra sans doute au avant-poste lors de l’étape du Ventoux et dans les Alpes. Avec ce que l’on a vu pour l’instant, il a sans doute des possibilités de contrer Froome. Michal Kwiatkowski, quant à lui, est un beau coup de cœur. Le jeune Polonais sait tout faire ! Il a été présent lors de sprints, en montagne, dans les étapes vallonnées, bref presque tous les jours. Il est actuellement 13ème à 3 minutes 25 mais il y a de grandes chances que l’on le revoit dans les grands tours d’ici quelques années.

Daniel Martin ne devrait plus nous étonner car il progresse tous les jours. Lors d’une attaque dans le dernier col hier, il est parvenu à s’extraire du groupe maillot jaune avec Jakob  Fuglsang pour s’offrir une très belle victoire au sprint.  Même chose pour le tandem Belkin, Bauke Mollema et Laurens Ten Dam qui tirent leur épingle du jeu pour pointer respectivement en 3eme et 4eme position au général. Et pour finir, on peut parler d’une renaissance d’Andy Schleck. A la rue depuis deux ans, le Luxembourgeois revient au Tour comme on ne l’a plus vu depuis belle lurette. On a retrouvé un coureur avec panache, qui ose se montrer comme hier. Il monte en puissance et pourrait faire mal dans les Alpes.

On peut mieux faire

Alberto Contador a un peu plus de mal. Incapable de suivre les Sky et Alejandro Valverde samedi, le Pistolero a bien du mal à peser sur la course. Le contre-la-montre de mercredi nous montrera sans doute si Contador peut ou non inverser le cours des choses. Le rival n°1 de Froome devrait aussi être davantage à son aise lors des deux prochaines semaines. Situation quasi similaire pour Purito Rodriguez, très discret pour le moment. Il devrait perdre pas mal de temps mercredi mais c’est dans la dernière semaine que le grimpeur espagnol trouvera terrain à sa convenance. Pierre Rolland ne sait pas trop sur quel pied danser. On l’a vu jouer le classement de la montagne dès les premiers jours de la course et en même temps, essayer de bien figurer au général. Avec un peu plus de réussite pour le maillot à pois car Pierre Rolland est déjà loin, trop loin au général. Pourquoi pas une belle victoire d’étape?

Les flops

Chez les BMC, on peut parler de naufrage collectif. Dans un premier temps, c’est le 5ème et meilleur jeune du dernier Tour, Tejay  Van Garderen qui est passé à la trappe. On l’a vu péniblement à l’avant hier mais sans trop y croire. Il faut dire que le jeune Américain est à plus de 35 minutes déjà. Par la suite, c’est le vieux briscard Cadel Evans qui a craqué. Il sort d’un Giro épuisant mais cela fait de nombreuses années que l’on a pas vu ce solide grimpeur se prendre telle raclée dès la première étape de montagne. Un Tour à oublier pour BMC à moins qu’un baroud d’honneur puisse sauver cette formation qui tarde à décoller? Si les Belges sont les rois de la descente, alors pour sûr, Thibaut Pinot n’a pas d’origine belge. Se faire lâcher par le peloton des favoris dans une descente est tout bonnement impossible pour quelqu’un qui visait un top 10. Le jeune grimpeur a intérêt à remédier à cela, sans quoi il ne pourra jamais jouer le général. Sans entrer dans le détail, ce n’est pas non plus la joie pour Damiano Cunego, Igor Anton, Ryder Hesjedal ou Thomas de Gendt. Ces outsiders étaient venus pour faire quelque chose en France mais à part une victoire d’étape, ce Tour risque aussi de devoir être passé à la trappe.

[accordion][accord_item header= »Le classement général »]

1 Chris FROOME Sky
2 Alejandro VALVERDE Movistar     +1’25 »
3 Bauke MOLEMMA Belkin      +1’44 »
4 Laurens TEN DAM Belkin      +1’50 »
5 Roman KREUZIGER Saxo     +1’51 »
6 Alberto CONTADOR     m.t.
7 Nairo QUINTANA Movistar     +2’02 »
8 Daniel MARTIN     +2’28 »
9 Joaquin RODRIGUEZ     +2’31 »
10 Alberto RUI COSTA Movistar     +2’45 »

[/accord_item][/accordion]