Ce 5 juillet avait lieu la toute première étape du 101ème Tour de France, entre Leeds et  Harrogate. Oui, comble de la Grande Boucle et fruit de l’internationalisation du cyclisme : le départ est donné en Angleterre. Le Tour de France n’est-il pas le Tour de la France comme se plait à le dire notre ami Thierry Adam ? A.S.O. aime faire dans l’originalité et nous surprendre !

Côté course, l’enfant du pays : Mark Cavendish était face à son rêve, obtenir la plus belle victoire de sa carrière. Mieux qu’être champion du Monde, champion Olympique :  gagner l’étape et s’emparer du maillot jaune chez lui, à quelques mètres où vit sa mère.

Les français allument le feu !

Cette toute première étape fut animée par Benoît Jarrier (Bretagne-Séché), le tout premier attaquant de cette 101ème édition ! Dans sa roue, nous retrouvons Nicolas Edet (Cofidis) et… l’inépuisable Jens Voigt (Trek). Ces trois là formeront donc la première échappée. Cependant, lors du sprint intermédiaire, l’allemand s’envole seul ! Il fait belle impression mais sera repris juste après la côte de Grinter Moor, qui offrira à Voigt une récompense : le maillot de meilleur grimpeur ! Ces vallons, sinueux, en forme de montagnes russes ont fait mal à de nombreux coureurs dont deux cadors :  Thibaut Pinot et Joaquin Rodriguez qui eux, ont beaucoups soufferts, une première alerte donc pour demain et plus globalement la suite du Tour.

Face à son rêve, Cavendish panique.

Toutefois, c’est un peu plus loin de ses vallons, que se joue la victoire, plus précisément à Harrogate. Dans le dernier kilomètre, la machine Omega Pharma fait le travail dans un dur et long faux plat. À 800 mètres de la ligne, Mark Cavendish, en grand favori, est parfaitement bien placé. Cependant, chaque mètre défilant, il perd de l’aisance et à 300 mètres de l’arrivée, il perd les pédales ! Il commet la faute fatale : passer en force dangereusement, et les conséquences en seront énormes : il chute en entraînant dans sa roue Simon Gerrans après l’avoir bousculé ! Un geste sans équivoque ! Il perd toute chance de gagner et même de continuer ce Tour. Le Roi Cavendish est déçu, le Roi est déchu !

Marcel Kittel ouvre son compteur.

Il reste alors trois garçons pour jouer la gagne : Marcel Kittel, Peter Sagan et Ramunas Navardauskas. À ce petit jeu là, c’est une nouvelle fois un allemand qui se met en évidence aujourd’hui :  Kittel  s’impose aisément et remporte comme l’an dernier, le premier « bouton d’or » du Tour de France avec ce magnifique coup d’état. Qu’il en profite ! Car demain, à la même heure, il est fort probable que quelqu’un d’autre ait déjà pris sa place.

Les classements