Philippe Gilbert s’était déjà plaint des lèvres endormies, des bronches qui s’enflamment et des yeux brûlants à l’arrivée du Nieuwsblad et le médecin de la Quick Step avait beau se demander s’il était raisonnable de pratiquer des heures de vélo intensif par un temps pareil, les organisateurs du Samyn ont tenu à maintenir leur course en dépit des chutes de neige qui sévissaient encore la veille en Belgique. Sur le podium de présentation des équipes, les températures nettement sous zéro et les rafales de vent accentuant le ressenti jusqu’à -10° alimentaient davantage les conversations que les difficultés du parcours.

Dans le peloton féminin, les collants, les protections de chaussures, le bandana sous le casque, le foulard autour du cou, les manches longues, la pommade chauffante, la crème sur le visage… Chacun y allait de sa petite astuce pour affronter les rigueurs de cet hiver tardif venu de Russie.

Une seule concurrente sans collant la belge Ditte Lenseclaes (© Roger Nicolas/Le Dérailleur)

Margot Dutour pensait avoir trouvé la solution idéale en adoptant des gants de plongée alors que Chloé Turblin était plus pragmatique :

« Tout se joue dans la tête, si l’on parvient à se convaincre que le vélo est tout à fait possible par un temps pareil on surmonte la douleur, on parvient à faire abstraction du froid et à se concentrer uniquement sur la course ; dans le cas inverse, c’est peine perdue et il n’y a alors d’autre issue que de rejoindre le bus de l’équipe lors du premier passage sur la ligne d’arrivée ». Chloé Turblin

Certaines supportent mieux le froid que d’autres et les entraînements hivernaux par tous les temps préparent à ces situations extrêmes mais néanmoins il fallait une terrible dose de courage et de volonté pour prendre le départ hier et surtout rallier l’arrivée. Si les Pays-Bas se taillent la part du lion en s’octroyant les deux premières places, avec la victoire de Janneke Ensing devant Floortje Mackaij et en plaçant six filles dans le top 10, l’équipe FDJ Nouvelle Aquitaine Futuroscope de son côté a bien tiré son épingle du jeu avec un podium pour Lauren Kitchen et une belle neuvième place pour Roxane Fournier qui ne nous a pas souvent apparu aussi affûtée en début de saison.

Affûtée mais bien emmitouflée, Roxane Fournier a brillé (© Roger Nicolas/Le Dérailleur)

Elle résume sa course :  » Nous étions bien placées avec trois filles (sur 4 au départ!) dans le premier peloton mais je n’ai pas pu accrocher le bon coup quand il est parti dans le final et ensuite il ne nous appartenait pas de faire le boulot pour rentrer puisque nous avions Lauren devant ».